Les objets connectés, adoptés dès 2019 ?

La majorité des consommateurs sera équipée d’un objet connecté dédié à la maison dans les 5 années à venir, révèle une étude récente d’Accenture. Un marché en pleine expansion qui a d’ailleurs fait sensation lors de l’IFA Berlin, grand salon international de l’électronique grand public, où Avidsen présentait la maison connectée Thomson et sa Thombox.

Un marché établi d’ici 5 ans

Les objets connectés ont un bel avenir devant eux. Selon cette étude sur l’Internet des Objets réalisée par Accenture, 69 % des consommateurs pensent acheter un objet connecté dédié à la maison d’ici 2019. Parmi eux, environ 13 % le feront avant la fin de l’année. Une estimation très optimiste puisque actuellement, seuls 4 % des consommateurs déclarent être déjà équipés.

Mais la maison connectée n’est pas la seule à avoir le vent en poupe, les accessoires connectés « portables » tels que les montres intelligentes et les produits de fitness vont voir leur nombre de consommateurs doubler d’ici l’an prochain, rapporte l’enquête. Une catégorie de produits déjà très populaire parmi les objets connectés : presque la moitié des consommateurs en possèdent déjà ou planifient de s’équiper dans les cinq prochaines années.

Et si les objets connectés dédiés au fitness font partie des objets phares, l’étude mise aussi sur les thermostats connectés (43% des consommateurs en possèderont d’ici 2019) et les systèmes de sécurité (35 % en 2019). Mais les vêtements et lunettes connectés quant à eux, seront les laissés pour compte de cette vague d’engouement des consommateurs.

Les seniors intéressés par la maison connectée

Par le mot consommateur, les auteurs de l’étude soulignent qu’il ne concerne pas uniquement les férus de nouvelles technologies mais bien l’ensemble de la population. Toutefois, ils notent un décalage de résultats en fonction du sexe et de l’âge. Peu étonnant, les hommes sont deux fois plus nombreux que les femmes à déclarer avoir déjà entendu parler de l’Internet des Objets. En revanche, c’est un autre résultat qui pourrait bien nuancer un préjugé à la vie dure : l’étude estime que les consommateurs jeunes ne semblent pas pressés d’acquérir des objets connectés et attendent quelques années avant d’investir contrairement aux personnes plus âgées,  plus désireuses d’en posséder déjà un.

Il faut reconnaître que la maison connectée se révèle d’abord utile pour les seniors.

En 2005, 1 Français sur 5 était âgé de plus de 60 ans. En 2035, ce sera 1 sur 3 !

« Et si la maison connectée était d’abord celle de votre grand-mère ? », s’enthousiasmait il y a quelques mois LeFigaro.fr.

« Aujourd’hui, les personnes âgées veulent rester chez elles mais on ne peut pas mettre une personne 24/24 et 7/7 derrière chacune d’entre elles. Contrairement à une solution domotique qui est capable de veiller en permanence sur une personne, surveiller ses faits et gestes, afin de prévenir un proche ou un professionnel en cas de situations ou d’événements anormaux. », explique Alexandre Chaverot, Président d’Avidsen et de Smart Home International.

La domotique et la maison connectée se révèlent ainsi une chance à l’avenir pour soulager les aidants et permettre aux seniors en situation de perte d’autonomie de conserver dignité et qualité de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *