Le Cloud computing, bouc-émissaire énergétique ?

Un iPhone (361 kWh) consomme plus qu’un réfrigérateur (322 kWh) ! 

C’est l’un des résultats surprenants d’une étude menée par l’américain Mark P. Mills, PDG du Digital Power Group, cabinet de conseil en énergies. Ce n’est pas tant la recharge de la batterie d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur portable qui est énergivore mais le « cloud computing », le « nuage » digital qui permet un accès à des ressources partagées via le web.

La planète numérique dévore la production électrique de l’Allemagne et du Japon réunis

Par exemple, le visionnage d’une heure de vidéo chaque semaine ferait consommer annuellement plus d’électricité que 2 réfrigérateurs dans une année, relève Enerzine.com dans cette étude. On recense aujourd’hui autant de trafic en 1h sur Internet en 2013 que sur l’ensemble de l’année 2000.

Ce trafic numérique aussi gigantesque qu’ininterrompu s’appuie en effet sur des infrastructures colossales très voraces. Ainsi, la planète numérique dévorerait 10% de la production mondiale d’électricité, 1.500 teraW par heure. Soit l’équivalent de la production du Japon et de l’Allemagne réunis. Le rapport, avide de comparaison, précise que «c’est la même quantité d’électricité qui a permis d’éclairer la planète entière en 1985», souligne LesEchos.fr 

Ce que pointe surtout du doigt l’étude c’est qu’aujourd’hui l’empreinte carbone du numérique n’est pas négligeable. Car l’univers digital fonctionne au charbon. Combustible fossile le plus utilisé pour produire de l’électricité, car accessible et peu cher, sa consommation dans le monde a progressé de +68% durant la dernière décennie, et devrait progresser encore de +50% pour la prochaine décennie.

Qu’attendent les Etats pour accélérer leurs efforts en matière d’efficacité énergétique et trouver plus rapidement des solutions d’avenir ?

En 2008, nous étions 42,8 millions d’utilisateurs d’appareils connectés, en 2014 nous devrions être plus d’un milliard.

La maison connectée au chevet du développement durable

En attendant, chacun à notre propre niveau, il est déjà possible de moins consommer d’énergie, grâce… aux objets connectés, justement ! On peut être geek, technophile, et néanmoins se soucier de sa consommation énergétique, de son empreinte carbone et aussi… de sa facture d’électricité.

Les hausses régulières des tarifs EDF ces dernières années sont d’ailleurs, en partie, pour financer justement le développement des énergies renouvelables. Alors comment revoir sa consommation à la baisse. Et sans efforts particuliers ! Une simple prise de conscience grâce à une maison connectée.

« Les consommateurs cherchent des systèmes permettant d’optimiser leur consommation énergétique. En Allemagne, 90% des maisons neuves intègrent des solutions domotiques, principalement liées au chauffage. Il suffit simplement de voir en temps réel nos dépenses afin de les comprendre, de les optimiser et même de les réduire de plus de 20%. », explique Alexandre Chaverot, Président d’Avidsen.

Ainsi, les équipes Avidsen conçoivent et développent depuis des années toute une gamme d’indicateur de consommation d’électricité, de coupe-veille et de calculateur d’énergie. Aujourd’hui, avec T Connect THOMSON pour la maison connectée, Avidsen va encore plus loin dans la gestion des équipement électriques de l’habitat, de l’éclairage, du chauffage, du gaz et de l’eau.

Sur un tableau de bord personnalisé que vous pouvez consulter sur votre smartphone, tablette, ordinateur, vous savez ainsi en temps réel quelle est la quantité d’énergie consommée par votre foyer et la valeur financière équivalente.

Vous pouvez, par ailleurs, créer des scenarios calqués sur vos habitudes de vie, c’est à dire programmer et automatiser, par exemple, la gestion du chauffage en fonction de votre présence/absence, de la météo, selon les pièces,…

Ce système domotique complet facile à installer et simple à utiliser, composé d’une box, la Thombox, et d’une multitude d’objets connectés offrant ainsi un champ infini d’actions et de fonctionnalités pour faire des économies d’énergie et alléger ainsi les factures :

  • Utilisation des flux météo d’Internet ou évènements environnementaux (canicule, gel, panne d’électricité,…) pour programmer les conditions climatiques de votre domicile et des scènes d’automatisation avec chauffage, climatisation, éclairage, stores,…
  • Surveillance et comparaison en temps réel de votre consommation d’énergie détaillée par zone et réception de notifications sur smartphone ou tablette tactile;
  • Contrôle à distance et automatique de tous vos appareils audio/vidéo connectés avec votre smartphone et extinction automatique lorsque la pièce est inoccupée.

« T Connect THOMSON est le premier et seul concept à ce jour à rendre possible des opérations entre plusieurs données recueillies par les objets connectés de la maison comme des capteurs de températures à l’extérieur et dans chaque pièce de la maison pour gérer efficacement le chauffage ou la climatisation, par exemple. », se félicite Alexandre Chaverot, Président d’Avidsen.

Bref, si le progrès semble, à l’heure actuelle, un coupable idéal, pour certains, de notre surconsommation énergétique, il en sera aussi sans aucun doute la solution et le moyen d’un développement plus durable. En commençant, soi-même, à son propre niveau. Les petits ruisseaux ne font-ils pas les grandes rivières ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *