La domotique pour limiter la flambée annoncée des tarifs de l’électricité

Il faudra mettre un peu plus la mains à la poche cet été pour régler sa facture d’électricité. Depuis plus de dix ans, l’évolution du Tarif Réglementé de l’électricité en France  est revue à la hausse chaque année (à l’exception de 2004 et 2005), mais celle-ci ne dépassait généralement pas les 3%.

Mais un actuel bras de fer entre Ségolène Royal et les concurrents d’EDF pourrait changer la donne. Explications.

De l’électricité dans l’air entre EDF et ses concurrents

Suite à l’annonce en 2012 faite par Jean-Marc Ayrault, premier ministre de l’époque, de limiter à 2% la hausse du tarif de l’électricité pour la période d’août 2012 à 2013, les opérateurs alternatifs voient rouge.

En effet, depuis juillet 2007, le marché de l’énergie en France s’est ouvert à la concurrence. Alors que les tarifs d’EDF, fournisseur historique, sont règlementés et fixés par le gouvernement, ceux de ses concurrents, en revanche, sont libres.

Cependant, l’Association Nationale des Operateurs Détaillants en Energie (ANODE) qui regroupe des sociétés comme Lampiris, Direct Energie ou Eni, pointe du doigt une hausse du tarif de l’électricité d’EDF trop faible. Selon eux, ce tarif ne couvrirait pas les coûts de productions de l’électricité comme l’impose la loi et empêcherait ainsi la concurrence de se développer. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) avait estimé qu’une hausse de 9,6 % des tarifs pour les particuliers serait nécessaire, ce qui est bien au-dessus de la barre des 2 %.

L’ANODE a alors porté l’affaire devant le Conseil d’Etat qui en avril dernier, a annoncé l’annulation partielle de la hausse de 2 % du tarif réglementé d’électricité d’EDF pour les particuliers entre août 2012 et 2013. La juridiction administrative a alors laissé un délai de deux mois au gouvernement, pour décider d’un nouveau tarif.

Bilan de cette affaire, une facture de rattrapage sera en effet imposée aux 29 millions de clients d’EDF, soit 9 ménages sur 10. Si le montant n’est toujours pas fixé définitivement, la ministre de l’Ecologie et de l’Energie, Ségolène Royal, souhaite étaler le paiement sur 18 mois.

« Ma préoccupation, c’est le pouvoir d’achat des Français » a expliqué la ministre dans une interview pour Le Parisien, vendredi dernier.

En effet, cette dernière rejette toute nouvelle hausse du tarif de l’électricité, n’hésitant pas à promettre la suppression même de l’augmentation prévue en août. Une annonce qui a fait l’effet d’une bombe puisqu’elle a fait chuter de 10 % l’action d’EDF en bourse. Pour sauver les meubles, le Premier Ministre Manuel Valls a contesté dès le lendemain cette initiative de Ségolène Royal et affirmé qu’il y aura bien « une hausse modérée, inférieure à 5 % » à l’automne 2014.

La domotique, l’alternative pour juguler la hausse des prix de l’électricité

La hausse du prix de l’électricité, faible en comparaison avec nos voisins (le prix du kW est de 0,15 € en France, contre 0,18 € aux Etats-Unis et 0,27 € en Allemagne), semble donc loin d’être terminée.

Alors que les opérateurs alternatifs vont continuer à faire pression sur le tarif de l’électricité, la nécessité de maîtriser sa consommation et réduire ses dépenses prend désormais tout son sens.

Mieux consommer pour faire des économies, c’est ce que proposent la domotique et les objets connectés grâce à des appareils conçus ou pilotés pour s’adapter à vos besoins et limiter ainsi le gaspillage.

« On peut économiser à minima 20% et préserver son pouvoir d’achat grâce à la maison connectée. A partir du moment où la box domotique est programmée, étant intelligente, elle va pouvoir tout gérer et permettre de faire des économies. La maison devient ainsi auto-gérée. », se félicite Alexandre Chaverot, Président d’Avidsen, PME qui a conçu et développé la Blyssbox pour Castorama et la Thombox pour Thomson.

Les nouveaux accessoires Thombox permettent d’ailleurs de réguler et de programmer le fonctionnement du chauffage, de l’éclairage et des appareils électriques de l’habitat. Sonde d’humidité et température, prise télécommandée énergimètre, module de commande pour chauffage électrique avec fil pilote, module de commande pour chaudière, ou prise télécommandée sont autant d’atouts pour mettre chauffage, éclairage et appareils électriques sous contrôle et vos dépenses d’énergie aussi.

3 réflexions au sujet de « La domotique pour limiter la flambée annoncée des tarifs de l’électricité »

  1. Déjà fait la maitrise. Et pour sûr malgré l’augmentation de 2012-2013 j’ai eu la même facture d’électricité pour 2013 (même si j’ai eu une amie qui est restée chez moi en plein hiver 2013) alors que j’ai tout électrique (sauf la plaque de cuisson).

    Rien que de jouer sur :
    – faire tourner lave linge / seche ligne / lave vaisselle en HC
    – faire chauffer l’eau chaude une a deux fois par semaine (selon conso eau et chaleur a la sortie du ballon)
    – mettre de l’isolant autours du chauffe eau (enfin sur la porte…
    – virer les grilles pain
    – mettre des thermostat PID.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *