Détecteur de fumée : les français ne sont toujours pas prêts

Petit Papa Noël, quand tu descendras du ciel, avec des jouets par milliers, n’oublie pas… un détecteur de fumée !

Ce petit appareil, fonctionnant sur pile, qui permet aux habitants d’un logement d’être alertés sur le départ d’un incendie, dès les premières fumées.

Oui, Père Noël ! Car les Français ne sont toujours pas prêts, à un peu plus de 2 ans de la date butoir (8 mars 2015), pour installer dans chaque logement un détecteur autonome avertisseur de fumée (DAAF). Au risque d’être victime un jour, hélas, d’un accident tragique comme cela arrive encore trop souvent.

Regardez à quelle vitesse ce sapin de Noël se transforme en torche !

10% seulement. 1 famille sur 10, à peine, c’est le taux insuffisant d’équipement des ménages en détecteurs de fumées, selon les informations dévoilées lors du colloque, dédié aux professionnels de l’habitat et de la distribution, organisé récemment par la Fédération Française du Matériel d’Incendie (FFMI), le GIFSID (groupement professionnel de la sécurité incendie domestique), AFNOR Certification et Calyxis (Pôle d’expertise du risque).

Une obligation encore méconnue

« Acheteurs de la distribution, représentants des pouvoirs publics, professionnels de l’immobilier, associations de consommateurs, fabricants et distributeurs de DAAF estiment que le grand public est largement sous-informé des moyens de prévention du risque incendie en général et de l’obligation d’équipement en détecteurs de fumée, en particulier. », ont déclaré à l’unisson les organisateurs.

Pourtant, chaque année en France, les incendies d’habitation sont à l’origine de 800 décès et 10 000 blessés (source : Ministère de l’Egalité des territoires et du Logement)

Mais attention, n’achetez pas n’importe quel détecteur de fumée.

Dernièrement, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) vient de recommander de ne pas utiliser un détecteur de fumée de marque DHOME. Les analyses menées par la DGCCRF ont permis de repérer un lot de matériels de détecteurs de fumée « non-conforme et dangereux, qui va faire l’objet d’une destruction » par le fabricant.

A contrario, les détecteurs de fumées appropriés, comme les DAAF d’Avidsen (ref. 100347 et 100357) affichent le logo de la marque NF. Cela signifie qu’ils sont conformes, en plus de la norme européenne EN 14 604, à la marque NF DAAF. Cette marque est délivrée par AFNOR Certification à l’issue de contrôles supplémentaires réguliers : elle constitue donc une garantie d’efficacité et de fiabilité pour le consommateur.

Attention aussi aux arnaques sur les détecteurs de fumée, met en garde LeParticulier.fr.

En effet, un DAAF ne nécessite aucun contrat d’entretien. Certaines sociétés, tenteraient apparemment de faire souscrire un contrat d’entretien en vendant le matériel. Or un détecteur de fumée se pose sans l’aide d’un professionnel. Il suffit juste de changer la pile.

« Il y a vraiment urgence à informer et sensibiliser de façon pédagogique les Français. Que font les pouvoirs publics ? Ces jours-ci, les automobilistes se ruent sur les éthylotests alors qu’on s’interroge au plus haut niveau sur l’utilité de cette mesure. En revanche, aucune campagne nationale de sensibilisation sur les détecteurs de fumée alors que le décret, les rendant obligatoires, a été publié il y a presque 2 ans, déjà ! », s’étonne Alexandre Chaverot, PDG d’Avidsen.

« Il y a près de 3 ans, une bonne campagne de sensibilisation, suite à l’adoption de la loi  du 8 mars 2010, fixant l’obligation d’équipement, avait eu pour effet une rupture de stock dans les magasins. Ce qui risque à nouveau d’arriver si les pouvoirs publics tardent à communiquer et si tout le monde attend la dernière minute pour s’équiper. », ajoute Alexandre Chaverot.

Dans les pays déjà équipés de détecteurs de fumée domestiques, le nombre de sinistres mortels a baissé de manière spectaculaire (plus de 50% en Grande-Bretagne par exemple). L’équipement de tous logements avec des appareils fiables est donc un enjeu majeur pour la sécurité des français.

Une réflexion au sujet de « Détecteur de fumée : les français ne sont toujours pas prêts »

  1. Je pense qu’il faudrait une grande campagne d’information et de sensibilisation de la part des pouvoirs public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *