Au rayon domotique et objets connectés de CASTORAMA La Défense (92)

Compte tenu de l’hyper médiatisation dont bénéficient actuellement la domotique et les objets connectés, dans quelle mesure les potentiels consommateurs sont-ils prêts à faire une place dans leur vie à cette technologie novatrice ? Et dans quel but : économie d’énergie, confort, gain de temps (et d’argent !), maintien à domicile…?

Afin d’obtenir des réponses à ces questions, nous nous sommes rendus dans le magasin Castorama situé dans le quartier d’affaires de La Défense à Paris, au rayon domotique et objets connectés qui propose notamment sa gamme domotique Blyss Liveez, conçue et développée par Avidsen, afin de recueillir les témoignages de clients de passage. 

« Domo…quoi ? Domotique ? » 

Lundi 19 mai, au milieu de la foule d’actifs du quartier d’affaires de la Défense. Chacun profite de sa pause déjeuner comme il l’entend et nombreuses sont les personnes qui, sandwich à la main, profite de ce moment pour flâner dans le rayon domotique. Se rendent-elles ici avec un objectif précis en tête ? Est-ce juste une affaire de curiosité ? Prennent-elles le temps de la réflexion en comparant les produits qui leur sont proposés ?

« La domotique suscite de plus en plus l’intérêt de la population, c’est une réalité. Les intéressés se font même nombreux au sein du magasin de la Défense. », confie Frédéric Hazebroucq, chef de rayon chez Castorama.

Néanmoins, cette technologie innovante caractérisée par sa simplicité d’installation et d’utilisation, n’est pas forcément connue encore de tous. Ne serait-ce que le terme de « domotique ». Une terminologie floue voire totalement ignorée par certains.

« Domo… quoi ? Je ne connais pas du tout ! De quoi est-il question exactement ? », s’interroge Samy, âgé de 30 ans.

La méconnaissance de ce qu’impliquent la domotique et les objets connectés est peut-être à l’origine du manque d’intérêt de la part de certains  consommateurs ? Peut-être ce témoignage est-il le reflet d’un manque de pédagogie au sujet des avancées technologiques dont nous bénéficions… Le secteur de la domotique aurait tout à gagner en démocratisant davantage son concept, créant ainsi un climat de confiance avec le client.

Etre connecté oui, mais à quel prix ?

François, âgé de 42 ans, l’air pensif devant la multitude de produits qui s’offrent à lui, manifeste une curiosité évidente pour la domotique. Il a ainsi suscité la nôtre et nous nous retrouvons rapidement à discuter de ses impressions au sujet des objets connectés :

« J’ai, comme beaucoup, découvert la domotique à travers la publicité qui en est faite. J’ai récemment installé un système d’alarme à mon domicile et un proche m’a fait découvrir qu’il était possible de contrôler les entrées et sorties depuis mon Smartphone. Le fait que ce même principe puisse s’appliquer au contrôle du chauffage m’a poussé à me renseigner davantage. Ceci dit, la domotique ressemble un peu à un scénario futuriste, réservé à une classe aisée et non pas destiné à M. Toutlemonde. »

Un cliché qui a la vie dure. Car, aujourd’hui, pour moins de 1 000 euros, vous pouvez enfin posséder un système domotique complet pour votre maison.

L’essayer c’est l’adopter

D’ailleurs, si quelques potentiels futurs utilisateurs de domotique émettent encore des réserves sur ces produits, notamment d’un point de vue financier, ceux qui se sont laissé séduire par le concept ne le regrettent pas et vont jusqu’à en redemander !

Frédéric se souvient avec sympathie de certains clients revenus lui rendre visite en magasin pour lui montrer les scénarios de vie qu’ils ont créés.

« Plus les consommateurs s’équipent et plus ils cherchent à optimiser leur habitat », constate le chef de rayon.

Les trois principaux avantages de l’installation d’un système domotique chez soi sont :

  • L’acquisition d’un confort de vie supérieur
  • Un sentiment de sérénité grâce aux systèmes de sécurité
  • Les économies financières

Sans parler des avantages insoupçonnés dans la mesure où la limite de toute installation n’appartient qu’à l’imagination du client.

Éric, âgé de 36 ans et utilisateur de domotique depuis peu, atteste de l’efficacité de cette technologie :

« Je fréquente régulièrement les magasins de bricolage et étant à la recherche d’une solution pour sécuriser ma maison, je me suis orienté vers la domotique. J’ai choisi une box couplée avec un système d’alarme. Le tout est consultable à distance. Mon attente principale était de me sentir davantage en sécurité au vu de la hausse des cambriolages. Le moins que l’on puisse dire est que le contrat est rempli. C’est très simple d’utilisation, je l’ai installée moi-même. Je pense que le bon déroulement de l’installation ne nécessite pas forcément de connaissances en domotique. Aussi, le fait que cela soit évolutif répond à mon besoin puisque je souhaite acquérir davantage d’objets connectés pour davantage de confort. »

Nous l’avons compris, l’atout majeur de la domotique est sans conteste l’acquisition d’un niveau de vie supérieur. Nous ne manquons pas d’avoir une pensée pour nos ainés, qui malheureusement, ne se précipitent pas au rayon domotique. Cependant, leurs progénitures sont, tout comme Éric et d’autres, convaincus de l’utilité de  cette technologie innovante et équipent ainsi les maisons de leurs parents, par tranquillité d’esprit. C’est d’ailleurs ce type de clients qui a donné lieu à des partenariats pour Castorama avec des entreprises extérieures afin de favoriser le maintien à domicile. 

Ainsi, à n’en pas douter, la domotique et les objets connectés passeront dans les années qui viennent du stade de curiosité innovante à celui de standard de vie confortable, sûre et responsable.

2 réflexions au sujet de « Au rayon domotique et objets connectés de CASTORAMA La Défense (92) »

  1. La conclusion de cet article me semble nettement tirée par les cheveux.

    Ce qu’il ressort de cet article est que le gain réel d’une installation domotique est flou, y compris du point de vue de ceux qui l’ont adoptée.

    La sécurité apportée par une solution domotique peut-elle réduire le coût de mon assurance habitation ? Est-ce que la vidéo-surveillance exercée par un particulier peut être une preuve valable devant la justice en cas d’intrusion ? Est-ce que les traces enregistrées par un détecteur de présence, d’ouverture, de vibration, d’incendie ou d’inondation peuvent servir à la reconstitution d’un délit ou l’expertise d’un accident ?

    Parmi les utilisateurs d’un système domotique, certains d’entre eux ont-ils obtenu un gain dépassant les coûts d’installation et de maintenance (piles…) ?

    Si une personne âgée décède sous la surveillance d’un système domotique assurant son maintient à domicile, le système domotique peut-il être tenu responsable, ou tout du moins servir de preuve de mort naturelle ou accidentelle ?
    De même si une personne se suicide sous la surveillance d’un système domotique, l’assurance pourra-t-elle se servir de cette preuve pour refuser le règlement des indemnités de décès ?

    Voilà le genre de questions que je me pose au sujet de la domotique. Le jour où un vendeur d’une enseigne de bricolage pourrez y répondre, même très partiellement, alors ce jour-là la domotique deviendra accessible à M. Toutlemonde.

    Pour l’instant ca reste un gadget, un gadget plein de belles promesses que je compte m’offrir dans quelques mois, mais un gadget quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *